La couleur des entiments – Livre VS Film

 

ob_afdd5e_lcds1

 

Dans les années 1960, Jackson, Mississippi, chaque famille blanche à une bonne noire. Une histoire banale aux Etats-Unis à cette époque, jusqu’à ce que Miss Skeeter, une jeune journaliste blanche, décide d’en faire un livre. Les bonnes de la ville, d’abord réticentes à cette idée, se retrouvent ensuite en cachette pour raconter les horreurs que leurs patronnes leur ont fait vivre. On suit toute la création de ce livre à travers le regard de Miss Skeeter, Aibileen et Minny, les bonnes. Entre joies, humour, tristesse et suspens.

ob_1d79a8_lcds2

La couleur des sentiments (The help) est le premier roman de Kathryn Stockett. Il est sorti en 2009 (puis 2010 en France). Malgré les grandes difficultés de l’auteur à trouver des agents littéraire, après 5 ans de travail d’écriture, ce livre fait un véritable carton aux États-Unis avec 1 million de livres vendus en 2009. En 2011, c’est au total 7 millions d’exemplaires qui ont été vendus.
Le succès de ce livre est evidemment l’histoire mais également la proximité avec les personnages. En effet, l’histoire est découpée en chapitres racontées par Miss Skeeter, Aibileen et Minny. Chacune donne alors son opinion, son histoire sur les horreurs qui se passaient à l’époque. On arrive également bien à situer l’époque puisque de nombreux faits historiques y sont cités (Malcom X, Martin Luther King, la mort de JFK …), ce qui rend, malheureuesment, les choses bien réelles. La réalité des atrocités fait froid dans le dos, ce que pouvais faire les « Miss Hilly » des années 1960 à leurs bonnes étaient à la fois horrible physiquement et psychologiquement. Dans ce roman, ce qui m’a particulierement choqué est la relation qu’avaient les bonnes avec les enfants dont elles s’occupaient.

Les lois Jim Crow, à l’origine de la discrimination raciale sont peut évoquées et pourtant, c’est ce qui a fait que la ville de Jackson était si difficile à vivre pour les afroaméricains. En effet, les textes imposaient aux noirs de ne pas fréquenter les lieus pour « blanc », voici quelques exemples :
« Tout restaurant ou tout autre endroit où est servi de la nourriture sera illégal s’il ne prévoit pas des salles distinctes pour les personnes blanches et de couleur, à moins que celles-ci ne soient efficacement séparées par une cloison pleine s’étendant du plancher vers le haut à une distance minimale de sept pieds et à moins qu’une entrée séparée soit prévue. »
« Tout nègre et toute femme blanche, ou tout homme blanc et toute femme nègre qui ne sont pas mariés et qui vivent habituellement ensemble ou occupent la même chambre la même nuit sont punissables d’un emprisonnement ne pouvant dépasser 12 mois ou d’une amende maximale de 500 dollars. »
Le pire ne sont pas ses lois, aussi horribles soit-elles, mais le traitement physique et psychologique qui en découle. En effet, ici Aibileen s’occupe de Mae Mobly, sa mère la néglige tellement, ne porte tellement pas attention à sa fille que la petite Mae considère sa bonne, Aibileen, comme sa maman et ne comprend pas pourquoi elle est « noire ». Elle ne trouve pas ça normal de la concidérer différemment et pourtant elle en fera de même quand elle aura une bonne.
En lisant La couleur des sentiments, j’ai appris beaucoup de choses sur la discrimination raciale aux Etats-Unis des années 1960.

En 2008 (oui oui, avant la sortie du livre), Tate Taylor, ami de l’auteur, rachète les droits du roman pour réalisé le film. En 2011, il sort dans les salles sombres en France, plus 500 000 personnes ont vu ce film.
Par rapport au livre, beaucoup d’élements n’ont pas pu y être intégrés, c’est moins violent que le livre mais on y apprend tout de même énormement de choses. Le personnage de Minny, joué par Viola Davis, ajoute pas mal d’humour, bien plus que dans le livre, ce que j’ai beaucoup aimé.
Pour ma part, j’ai préféré le livre, il est plus complet, on s’attache plus aux personnages et à l’histoire. J’ai beaucoup apprécié le film aussi (c’est ce qui m’a donné envie de lire le livre) mais je pense que si j’avais connue l’histoire avant le film j’aurais été déçue.

Alors si vous n’avez vu ni lu cette hsitoire passionnante, il vaut mieux commencer par le film avant le livre 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s